www.portail-cluny.com

et le guide des bonnes adresses de Cluny

                                                               -------------- Nous sommes le 30-04-2017 et il est 07:13 - Fète du jour : saint(e) Robert--------------                                                                            

  • RECHERCHER
  • Vous recherchez un commerce, un service, un restaurant .....

Retrouvez toutes les informations sur la ville de Cluny. l'histoire de la ville, et quelques informations sur la population, la localisation géographique, ...
Guide des restaurants de la ville de Cluny
Guide des hébergements de la ville de Cluny
Guide ventes directes producteurs de la ville de Cluny
Guide des services et numeros utiles de la ville de Cluny
Guide des artisans de la ville de Cluny
Guide des associations de la ville de Cluny
Guide des services et numeros utiles de la ville de Cluny
      Portail Cluny --> informations sur la ville de Cluny --> Le Pont de la Levée, une longue histoire

Le Pont de la Levée, une longue histoire

Sur cetta page vous retrouvez quelques informations sur la ville de Le Pont de la Levée, une longue histoire

Le Pont de la Levée, une longue histoire …

Bien que d’allure médiévale, le pont  de  la Levée n’a jamais été précisément daté. Mais il s’est installé sur une voie antique. Montant depuis la Saône, et vraisembla- blement d’origine gauloise, cette voie pas- sait par Azé, puis le col des Quatre-Vents, avant de redescendre vers la vallée de la Grosne et de traverser la rivière. Elle se poursuivait en axe principal de la ville, avant de se scinder en deux, une branche se dirigeant vers le mont Saint-Vincent, et l’autre vers le Nord par le col de la Croix Micaud (ou Micot). L’existence d’un pont à partir du XIVe siècle semble découler de la construction par l’abbé Henri 1er de Fautrières du Grand Etang  de  Cluny,  et de la digue détournant le cours de la Grosne hors du faubourg Saint-Marcel.

La levée n’existait pas en 909, mais Al- fred Forest la mentionna dans une lé- gende, dans le programme  des  Fêtes du Millénaire en 1910 : « nos grands- pères racontaient volontiers avoir « ouï dire » à leurs anciens, qui le tenaient  de leurs ancêtres, qu’en l’An 910, l’ab- bé Bernon, à califourchon sur une mule et armé d’une fronde, était entré par  la « levée » à Cluny, qui n’était alors qu’un rendez-vous de chasse, en pleine vallée noire, et que de riches seigneurs du pays des plaines l’avaient envoyé pour fonder une abbaye, juste à l’endroit où, lancée avec sa fronde, la pierre tomberait. Ce que fit Bernon, et les moines qui l’ac- compagnaient ».

La construction de la levée de terre détournant le cours de la rivière, et du pont sur le nouveau tracé de la Grosne, s’accompagna de l’intégration du fau- bourg Saint-Marcel dans l’enceinte du bourg. Mais la digue ne suffisait pas à protéger cet ancien marais de certaines inondations. Celle de 1405 fit 13 vic- times, atteignant le sommet des murs de la ville, endommageant en amont le pont de l’Etang - qui dut être recons- truit en 1412 par l’abbé Raymond de Cadoène - et ébranlant le pont de la Levée. D’autres inondations laisseront leurs traces dans les archives, dont celles de mai et de septembre 1589, ou encore  celle du 4 novembre 1744, l’une des plus importantes avec 1589. 1789 sera aussi une année noire, en janvier où un vent chaud faisant fondre neige et glace accumulées durant deux mois d’hiver, mais aussi en octobre.

Le pont de la Levée fut longtemps for- tifié. La gravure d’ensemble de Cluny, faite pour le roi vers 1670 d’après un dessin de Louis Prévost, montre que le pont est encadré par une tour-porte à chacune de ses extrémités. Il enjambe une Grosne fort large, dont les berges ne sont pas aménagées. Une gravure de 1784, d’après un dessin de Lallemand, montre le pont débarrassé de ses for- tifications. Une porte monumentale de style classique XVIIIe, dont on n’a d’autre trace que cette image, s’ouvre côté ville.

En 1901, l’équipage  d’un  marchand  de bois bouscula la colonne de pierre supportant une croix de  fer  installée au  milieu  du  pont. L’ensemble bascula dans la rivière. En ce début du XXe siècle, la route de la Digue n’était pas encore aménagée. C’est un chemin de terre qu’empruntera la cavalcade de Saint-Louis organisée pour le Millé- naire de Cluny, en novembre 1910. Les quais aménagés sur les berges en amont et aval du pont n’apparaissent pas en- core. Rappellent-ils le projet des moines avant la Révolution de rendre la Grosne navigable pour organiser le flottage du bois comme cela se faisait en Morvan ? Projet arrêté à l’époque par les meuniers de Cormatin rameutés par leur autori- taire seigneur, Dezoteux.

Longtemps, le pont fut témoin de l’ac- tivité de blanchissage, très importante à Cluny. Un  lavoir  flottant  en  bois,  la Platte, était arrimé légèrement en amont du pont, côté ville. Bien connue des anciens, elle subsista jusqu’en 1963, date de son naufrage.?

 

Gérard Thélier / 2014