www.portail-cluny.com

et le guide des bonnes adresses de Cluny

                                                               -------------- Nous sommes le 23-06-2017 et il est 07:14 - Fète du jour : saint(e) Audrey--------------                                                                            

  • RECHERCHER
  • Vous recherchez un commerce, un service, un restaurant .....

Retrouvez toutes les informations sur la ville de Cluny. l'histoire de la ville, et quelques informations sur la population, la localisation géographique, ...
Guide des restaurants de la ville de Cluny
Guide des hébergements de la ville de Cluny
Guide ventes directes producteurs de la ville de Cluny
Guide des services et numeros utiles de la ville de Cluny
Guide des artisans de la ville de Cluny
Guide des associations de la ville de Cluny
Guide des services et numeros utiles de la ville de Cluny
      Portail Cluny --> informations sur la ville de Cluny --> De l’hôpital Notre-Dame à l’Hôtel-Dieu

De l’hôpital Notre-Dame à l’Hôtel-Dieu

Sur cetta page vous retrouvez quelques informations sur la ville de De l’hôpital Notre-Dame à l’Hôtel-Dieu

De l’hôpital Notre-Dame à l’Hôtel-Dieu


Il est à Cluny une institution qui traverse le temps: l’hôpital. Alorsque le destin de l’Abbaye s’est brisé à la Révolution, la présence hospitalière a perduré, et prend  même  un nouvel essor en 2015. Le bâtiment historique qui a incarné cette histoire reste mal connu des Clunisois. L’association Julien Griffon 1625, qui lutte pour la sauvegarde et la mise en valeur de ce patrimoine, et souhaite contribuer à son avenir qui est en jeu, a fait de grands progrès dans la connaissance de  l’histoire  du lieu et de l’institution. C’est en grande partie sur son travail que s’appuie ce premier article, à suivre dans le prochain numéro.

 Chaque paroisse de Cluny avait développé dès le Moyen-Âge son petit hôpital : Saint- Jacques pour Saint-Mayeul, Saint-Blaise pour Saint-Marcel, et Notre-Dame pour la paroisse du même nom. Ces établissements d’une capacité de 8 à 10 lits, accueillaient pauvres, malades et pèlerins. Celui de Notre-Dame, vraisemblablement situé rue des Bêtes (actuelle rue Saint-Odile) était composé de bâtiments vétustes. Mais en 1625, Julien Griffon, prêtre de la paroisse Notre-Dame légua tous ses biens pour la création d’un nouvel hôpital Notre-Dame, dit de Pitié, dont la gestion serait conduite par les échevins et le syndic de la ville. Et  le 9 mai 1627, l’abbé Jacques de Veny d’Arbouse, autorise sa construction près du mur d’enceinte sud de la ville et de la porte de la Chaîne, sur le terrain de la tannerie  de Benoît Galand, cordonnier de Cluny. Il pose une condition : lui rattacher l’hôpital Saint-Jacques, mais aussi le jeu de paume de l’Abbaye, tout proche, avec obligation d’entretien.

Le projet n’est relancé qu’en 1646, et va prendre plusieurs années. De 1650 à 1660, de nombreux legs viennent complèter le legs de Julien Griffon, dont celui d’Estienne Alamartine, juge-mage et ancêtre lointain d’Alphonse de Lamartine. En 1660, Emmanuel Théodose de la Tour d’Auvergne, fraîchement nommé abbé de Tournus à 17 ans, bénit la première pierre de l’Hôpital Notre-Dame   de   Pitié.  En   1662, Louis XIV et Colbert confortent l’installation en prescrivant l’établissement dans chaque ville d’un hôpital pour accueillir les malades, infirmes, indigents … et orphelins.

En 1666, placé à l’est du bief des 4 moulins (ou rivière de la Chaîne), alors à ciel ouvert, l’Hôpital Notre-Dame est alimenté en eau par une dérivation du bief partant vers la Grosne par la Petite Rivière (dite aussi des Eclosures). Il comprend une cuisine au rez- de-chaussée, une grande salle des malades  à l’étage, orientée au sud, et une chapelle complétant l’ensemble. En 1673, arrivent les deux premières « filles séculières » qui formeront le noyau des Sœurs hospitalières de   Sainte-Marthe.   Le   prieur    claustralde l’Abbaye approuve les règlements en juillet 1674, et un conseil d’administrateurs est nommé, comprenant également un conseiller et un prêtre par paroisse. Louis XIV signe en octobre les lettres patentes reconnaissant l’Hôpital Notre-Dame de Pitié. En 1675, on agrandit  le  bâtiment par une aile située « au matin ». En 1681, l’hôpital reçoit la consécration religieuse  par une bulle du pape Innocent XI, et en 1682, la question de le réunir avec l’hôpital Saint-Blaise se  pose  pour  la  première fois. En 1686, une nouvelle chapelle est ouverte, dans laquelle on transfère à partir de 1692 des reliques de l’Abbaye. En 1695, la construction de la nouvelle extension au matin est enfin terminée.

Hélas, le 25 février 1702, catastrophe : « un grand orage a renversé la grande salle, qui possédait 16 lits, jusqu’à ses  fondements, les bâtiments voisins sont ébranlés et menacent ruine ». Emmanuel  Théodose  de la Tour d’Auvergne, devenu abbé de Cluny et cardinal de Bouillon, constate les dégâts, causés aussi par la mauvaise qualité du terrain. Il décide le 21 décembre de construire un nouvel hôpital sur un terrain plus sain, à l’ouest de l’autre côté du bief des quatre moulins. Ce sera l’Hôtel-Dieu !

À suivre... ?

par Gérard Thélier